Bienvenue sur le site de la majeure Stratégie, Intelligence économique et Gestion des Risques (SIGR) de Sciences Po Lille.

Responsables de la majeure SIGR

Sami Makki

Maître de conférences en science politique

Domaines de recherche : politiques étrangères, de défense et de sécurité ; organisations internationales et gestion des crises ; relations civilo-militaires ; nouveaux acteurs de la sécurité internationale ; questions stratégiques américaines et transatlantiques.

Éric Sangar

Maître de conférences en science politique

Domaines de recherche : discours de conflit ; mémoires collectives ; cultures militaires ; relations franco-allemandes.

Édito des responsables de la majeure SIGR

Conflits armés, cyberattaques, menaces hybrides, criminalité transnationale… Ce ne sont que quelques mots-clés associés au thème de la sécurité internationale dans les médias. Vivons-nous dans une ère durant laquelle les menaces et les risques se multiplient ? Ou cette perception est-elle un effet indirect de l’adoption croissante d’outils de prospective et de systèmes d’anticipation par les acteurs publics et privés ?

Pour répondre à cette question, il est non seulement plus que jamais nécessaire d’étudier les savoirs pluridisciplinaires disponibles, au-delà des frontières établies dans les différentes disciplines des sciences sociales. Il faut aussi comprendre les manières dont les acteurs privés et publics perçoivent, analysent et agissent dans des situations dites de crise et d’urgence (par des exercices de mise en situation avec de contraintes de temps, du traitement d’information et de la collaboration entre équipes et institutions). Dans cette optique, un dialogue entre deux formes de savoir souvent perçues comme peu compatibles s’impose : d’une part, la recherche universitaire en sciences sociales, permettant de développer un indispensable recul analytique et un dépassement de ces perspectives analytiques pour répondre à la pression médiatique grandissante autour de l’actualité ; et d’autre part, les processus de prises de décisions publiques et privées dont les priorités et les contraintes demeurent souvent mal connues.

Dans un contexte national, européen et international caractérisé par une polarisation politique et sociale grandissante, la majeure SIGR entend transmettre des compétences professionnalisantes essentielles, par un dialogue constructif avec les praticiens. Surtout, elle vise à construire des ponts de compréhension entre les mondes académiques à l’indépendance affirmée, celui de l’anticipation et de la prévention, et ceux de la prise de décision économique, politique, militaire et humanitaire. C’est uniquement de cette manière que les défis de la sécurité internationale du 21e siècle, perçus ou réels, pourront être abordés de manière lucide.

Sami Makki et Éric Sangar


Objectif de la formation

La majeure “Stratégie, Intelligence économique et Gestion des Risques” aborde les grands enjeux de défense et de sécurité internationale, y compris dans les domaines du renseignement et de l’intelligence économique. Les étudiantes et étudiants acquièrent les compétences nécessaires à l’analyse et à l’aide à la décision dans les domaines public et privé en matière de sécurité internationale.

La formation articule des enseignements académiques (S1 et S2) avec des ateliers professionnalisants (S2 et S3), dispensés par des enseignants-chercheurs en science politique, économie, droit, histoire et économie, et des praticiens (responsables administratifs, officiers, industriels, experts européens). Cette articulation permet de développer un regard critique et prospectif sur des problématiques transversales et sur des sujets stratégiques émergents à des échelles d’analyse régionale, transatlantique et globale.


Principaux débouchés

Les débouchés professionnels se trouvent principalement dans les secteurs de la défense, de la sécurité et de l’intelligence économique, notamment autour de problématiques émergentes (cyber-défense, renseignement et gestion des risques) au sein d’organisations telles que :

  • Ministère des Armées (analystes civils de la défense) et autres ministères régaliens (Intérieur, Affaires étrangères et coopération, Economie )
  • Agences gouvernementales (SGDSN, ANSSI, DGRIS)
  • ONG nationales et internationales
  • Organisations internationales (ONU, OSCE) et agences européennes
  • Parlements nationaux et européens (assistants, assistantes et analystes)
  • Collectivités territoriales (intelligence économique)
  • Think tanks, centres de recherche et d’information (analystes et consultants, consultantes défense-sécurité)
  • Entreprises industrielles et commerciales (chargés et chargées de missions en affaires publiques) dans les domaines de la défense, de l’armement, de l’énergie et des transports, entreprises du conseil et d’analyse des risques (consultants et consultantes en due diligence)